Les huit lieux de culte

Vous trouverez dans cette page des informations sur chacun de nos huit lieux de culte

La communauté de paroisses Sainte Sérène du Billeron compte environ 18300 habitants. Les paroissiens se retrouvent alternativement dans chacune des 8 églises, brassant ainsi les personnes qui apprennent à mieux se connaitre au delà des "clochers".

 

Pour consulter l'album des photos artistiques de nos églises

 

Bronvaux [église Saint Laurent]

L'église Saint Laurent de Bronvaux, de style néogothique, fut reconstruite vers 1823, et consacrée en 1840 par Mgr Jacques-François Besson [1756-1842], évêque de Metz, de 1823 à 1842.

Elle possède des vitraux, datés de 1928, du verrier nancéen Georges Janin (1884-1955). Sur son clocher, haut de 22 mètres, se trouve un coq. Il a été installé vers 1930, puis remplacé le 18 novembre 1996 lors de la réfection de la toiture du clocher.

Dans son clocher existent deux cloches, la plus grosse fut emportée lors de l'annexion allemande de 1870-1918, et remplacée en 1933, bénie le 13 août 1933.

En 1993, les peintures furent restaurées, et la voûte du choeur a retrouvé la pierre de Jaumont qui la compose.

Elle se trouve sur la départementale 52, qui relie Marange à Saint Privat la Montagne.

Fèves [église de la Nativité de Notre Dame]

L'église de la Nativité de Notre Dame est la plus ancienne église de la communauté de paroisses Sainte Sérène du Billeron. Elle a été érigée entre 1521 et 1523 par les moines qui dépendaient de l'abbaye de Saint Pierremont, et qui résidaient à Fèves au prieuré, aujourd'hui presbytère. Elle est de style gothique flamboyant, ses vitraux du 16ème siècle ont été préservés, ce qui en fait un monument exceptionnel, classé monument historique en 1892. Placée au point culminant des habitations de Fèves, impossible de la manquer tant elle se voit de loin.

Elle abrite dans un reliquaire le dernier ossement connu de Sainte Sérène, chrétienne romaine morte en martye à Cordoue, vers 304, pendant la persécution de Dioclétien.

Il est facile de s'y rendre en voiture, un parking d'une trentaine de place se situe à coté de la sacristie.

Les Écarts [chapelle de Jésus-Ouvrier]

La chapelle "Jésus-Ouvrier" est située dans le quartier Les Écarts de Maizières-lès-Metz.

C'est un bâtiment moderne qui date de 1952.

Elle se situe dans le quartier dit "Les Écarts", qui se trouvait en face de l'usine sidérurgique qui depuis les années 60 a disparu.

Entre 1952 et 1975, cette chapelle n'a pas cessé de changer de nom, s'appelant successivement "église-chapelle des Écarts-colonie de Rombas", "chapelle-église au milieu des Cités", "église", "chapelle des Écarts", "chapelle et salles des Écarts", "église des Écarts", "salle polyvalente". Enfin, en janvier 1975, à la demande de l'évèque, elle fixe son nom définitif de "chapelle de Jésus-Ouvrier", décision enregistrée dans le cahier de délibération du conseil de fabrique de Maizières-lès-Metz.

Hauconcourt [église Saint Étienne]

L'église Saint Étienne se trouve au centre du village de Hauconcourt.

Elle date de 1758, construite vraisemblablement en lieu et place d'une précédente église, comme c'était le cas à l'époque.

Sous le porche d'entrée on trouve une plaque qui rappelle que l'édifice a été restauré en 1874.

Église lumineuse, elle est le seul bâtiment ancien de la communauté de paroisses à avoir un plafond plat.

Maizières-lès-Metz [église Saint Martin]

L'église Saint Martin de Maizières-lès-Metz est un bâtiment moderne pouvant contenir jusqu'à 800 personnes.

Elle se trouve au centre ville de Maizières-lès-Metz, à proximité de la Poste, de la Mairie, de la Salle des fêtes.

L'église ancienne a été détruite, comme toute la ville de Maizières-lès-Metz, lors des terribles combats qui se sont déroulés du 25 août au 8 novembre 1944, entre le 20ème Corps Américain et la Wehrmacht qui s'était retranchée dans la ville.

Semécourt a connu le même destin. L'église de Fèves, atteinte par des obus d'artillerie, a pu être restaurée, mais ce ne fut pas le cas pour les églises de Maizières-lès-Metz et Semécourt qui durent être rasée, et reconstruites.

L'église Saint Martin a été reconstruite à la fin des années 50. Sa pierre angulaire a été posée le 15 novembre 1959. Elle a été consacrée le 16 décembre 1961.

Pour en savoir davantage sur le baptistère de l'église Saint Martin de Maizières-lès-Metz et ses symboles, une recherche de Richard Pazdej

 

Année 2011, année du cinquantenaire de l'église Saint Martin de Maizières-lès-Metz, rappel des évènements

 
 

 

Richard Pazdej a également publié en février 2014 un ouvrage très complet sur l'église de Maizières-les Metz

"Histoire de la reconstruction des églises de Maizières-lès-Metz"

Cet ouvrage est en vente à la Fnac, sur Amazon, et sur les Éditions du Net

 

 

 

Marange [église Saint Clément]

L'église Saint Clément de Marange

On peut attester la présence d’une église à Marange dès l’époque carolingienne. Fondée par Lothaire, dédiée dès le Xème siècle à Saint Clément, elle était la pierre d’assise d’une communauté liée par une même foi, un même travail, une appartenance commune à une terre et à un seigneur. Son emplacement n’a sans doute pas changé. Nous avons peu d’information sur les siècles qui ont suivi. Au XVème siècle, Marange en terre bourguignonne a une église fortifiée, comme la plupart des villages des environs. En cas de menace, les habitants s’y réfugient et s’y défendent. L’édifice offre alors à ses ouailles le salut temporel en plus du salut spirituel. Probablement construite selon son plan carré entre 1475 et 1550, l’église Saint Clément est une église « halle » de la dernière période gothique, datant de la deuxième moitié du XVème siècle pour les trois vaisseaux, peut être plus tardif pour le chœur (milieu du XVIème siècle). Au cours du XVIIème siècle, la vie de la communauté marangeoise connaît d’abord quelque agitation à cause de la vente de la seigneurie et aussi des tensions politico-religieuses particulièrement sensibles en cette zone frontière morcelée. Mais l’ordre est vite rétabli. L’église vient de subir des réparations et on construit l’ossuaire (1606 classé « Monument Historique ») et une sacristie actuellement chapelle du Saint Sacrement (1614). Puis, le siècle connaît une grande période de déprime causée par la Guerre de Trente ans. Fortement endommagée l’édifice n’est seulement restauré qu’en 1680. Jean Spinga, architecte italien de grande renommée, est chargé des travaux de restauration. A cette date, la paroisse vit à l’heure de la deuxième période de la Réforme. L’évêque a la maîtrise de son diocèse grâce à des inspections régulières et à la présence sur le terrain de subordonnés irréprochables. Malgré les changements de mentalités, l’église est toujours au cœur de la vie laïque autant que religieuse. Certes, elle a perdu en ce siècle son rôle défensif et on n’y entrepose plus des biens privés, mais il s’y déroule encore de nombreux événements de la vie communautaire. L’église reste aussi un lieu de sépulture pour les dévots ou les plus riches.
Le XVIIIème siècle est particulièrement calme par rapport aux précédents. Il s’achève par un grand chantier d’agrandissement qui montre l’épanouissement de la communauté au cours de cette période. Réalisation des deux travées ouest et du clocher (1789/90). Ce chantier coïncide avec le début de la Révolution française. Une page de l’histoire se tourne alors.
Le 8 avril 1851 a eu lieu la cérémonie de réception d’une « parcelle du bois sacré de la très Sainte Croix de notre Seigneur Jésus Christ dont l’authenticité a été attestée par Monseigneur l’Archevêque de Paris et reconnue par Monseigneur Du Pont Des loges Evêque de Metz ». Déposée dans un reliquaire, cette relique est aujourd’hui enchâssée sous la table du maitre-autel.
Au cours du XXème siècle, de nombreuses adaptations sont à noter. En 1903, la construction de la nouvelle sacristie puis en 1923, l’inauguration de l’orgue. Le remaniement de la toiture et la réparation du clocher suite aux dommages de guerre se feront en 1953/1954. Pour embellir le chœur, cinq vitraux seront réalisés en 1967/1969. Plus proche de nous, en 1987 aura lieu l’inauguration des vitraux de la nef, œuvre de Jean Baumgarten, artiste local. Ce splendide assemblage contemporain fait entrer une lumière harmonieuse et douce dans l’édifice.

Sources : « Les Cahiers du Billeron » N° 15/16/17 – L’Eglise de Marange. François Louis NOIRE. CMHL 2001/2002
texte communiqué par Serge DARDARD

Semécourt [église Saint Sylvestre]

L'église Saint Sylvestre de Semécourt est récente : elle date de 1964. L'église précédente avait été détruite, comme pratiquement tout le reste du village, par les tirs d'artillerie américaine lors des terribles combats de septembre 1944. Située au coeur même du village de Semécourt, à coté de la Mairie, jouxtée de plusieurs places de parking.

Silvange [Chapelle Saint Paul]

La Chapelle Saint Paul

Une petite chapelle dédiée à la Vierge-Marie existait à Silvange. Elle disparu lors de la révolution vers 1790. Le 15 novembre 1952, Monseigneur Joseph-Jean HEINTZ, évêque de Metz, détacha l’abbé SIMON aux fonctions de vicaire résident de Silvange.
À cette époque, les offices étaient célébrés dans un ancien baraquement que des prisonniers de guerre allemands avaient occupé. L’abbé SIMON eut l’idée de créer une salle d’œuvre pouvant servir également de salle de cinéma pour promouvoir l’éducation populaire. Les travaux de gros œuvre débutèrent le 13 octobre 1954. Deux ans plus tard, le 14 octobre 1956, elle fut inaugurée et bénie par Monseigneur Léon SCHMITT.
Le guichet, à l’entrée, témoigne encore aujourd’hui des activités cinématographiques du siècle dernier.
Curiosité et nostalgie se mêlent en pensant que cet endroit était à la fois, salle de cinéma et lieu de culte.
Une croix en fer érigée devant la chapelle rappelle le passé sidérurgique de la ville.
De nombreux habitants se sont fortement investis dans la construction et l’entretien de cette chapelle qui restera dans la mémoire de beaucoup comme le symbole d’une belle aventure humaine.

Sources : « Les Cahiers du Billeron » N° 5 - La Chapelle de Silvange. André LEMALE – Abbé Léon SIMON. CMHL 1996,
texte communiqué par Serge DARDARD

Retour page d'accueil du site